Conseils : Voyage et anxiété

Voyager est excitant, c'est découvrir et savourer de nouveaux espaces, rencontrer de nouvelles personnes. C'est renouveler l'existence et découvrir que nous vivons dans un espace infini, même si nous savons que cet espace terrestre est fini.

C'est le temps des vacances pour se détendre, se reposer et se ressourcer. Pourtant, il arrive que le voyageur, pour une raison ou une autre, soit sujet avant de partir à de l’anxiété en raison de « l’inconnu ».

Pourquoi ?

Parce que l'inconnu fait toujours peur en soi, mais connaitre parfaitement la destination du voyage ne serait plus amusant. Cela étant, il est bon de retourner dans un endroit que l'on a bien apprivoisé et compris.

Parce que des guides ou des sites web se font un malin plaisir de mettre en avant toutes les arnaques, les risques et les multiples soucis que l'on peut rencontrer. Même si il y a du vrai, trop insister sur les risques minimise ce que l'on va gagner à découvrir un nouveau lieu.

Parce que les usages culturels sont si éloignés des nôtres que l'on s'imagine des gaffes ou des mésaventures.

Certains sites répondent à la question, très légitime, de l'anxiété du voyageur. Il existe même une "clinique du voyageur". Une bonne dose de réassurance avant de partir est toujours bonne à prendre !

 

5 conseils pour gérer l’angoisse du voyageur

Accueillir ses émotions

Elles ne sont pas négatives en soi, ce sont des signaux à analyser.

CA PROUVE QU'ON EST TOUJOURS EN VIE DE RESSENTIR DES EMOTIONS POSITIVE OU NEGATIVE COMME L'ANXIETE

Relâcher les tensions physiques

Le corps et l’esprit s’influencent et se renforcent.

LA COHERENCE CARDIAQUE AVEC DES EXERCICES DE RESPIRATION 3 FOIS PAR JOUR EST BIEN UTILE

Analyser posément

Prendre le temps de se poser et d’analyser calmement la situation source d’angoisse comme défi à surmonter et le diviser en sous-objectifs concrets. Par exemple :

  • organiser la journée du départ : comment se rendre à l’aéroport…
  • organiser l’arrivée : comment rejoindre la ville depuis l’aéroport, prévoir un premier logement…
  • S'ORGANISER C'EST TOUJOURS ANTICIPER

Créer des liens

Se connecter avec des personnes ayant déjà vécu une situation similaire (par exemple ayant déjà voyagé dans le pays où l’on compte se rendre) et/ou des personnes actuellement sur place qui pourraient servir de ressources : en terme d’informations et, tout simplement, de lien social (prévoir par exemple de se retrouver le lendemain de votre arrivée pour boire un verre ensemble). Pour trouver ces connexions, vive le réseau (famille, amis…) et Internet (blogs, réseaux sociaux, groupes Facebook de voyageurs…) MAIS ATTENTION AUX OISEAUX DE MAUVAIS AUGURES QUI EXAGERENT PARFOIS

Chercher de l’aide

Et dernier conseil concret : au besoin, se faire accompagner pour gérer les émotions/la transition/la réalisation de son projet. Les proches sont parfois en décalage par rapport au vécu du voyageur et/ou peuvent avoir tendance à rajouter leurs craintes à celles que vit déjà le voyageur.  Avoir le soutien d’une personne formée en aide (psychologue, coach…) et qui a une expérience du voyage et peut vous donner des conseils pratiques peut être utile et diminuer pour beaucoup les angoisses et le stress du départ et des premières adaptations sur place.

Source (hormis les commentaires en majuscule) : https://www.unsacsurledos.com/jangoisse-avant-le-depart-reponse-a-une-lectrice/

Pas de panique. On nous le dit. La peur de partir pour un premier voyage est très courante ! et cela se gère en l'analysant en toute raison.

Les vacances comme source d’angoisse ??!

Ça peut paraître étrange, mais oui, les vacances peuvent vraiment être source d’angoisse pour certains !

  • Ça peut être l’angoisse de partir loin de chez soi et de s’éloigner de son milieu rassurant.
  • La peur d’oublier quelque chose d’important.
  • L’angoisse de prendre l’avion, le bateau, le train
  • La peur de conduire sur des longues distances et de prendre l’autoroute.
  • La peur liée au fait de devoir être entouré par plus de monde que d’habitude, et ce même si c’est de la famille ou des amis.

… et pour certains, partir en vacances génère même toutes ces angoisses à la fois ! …et bien d’autres encore !

Pour certains, ces vacances peuvent littéralement se transformer en cauchemar.

C’est ce qui m’ait arrivé. La suite est ici

Si la majorité des Français s’enthousiasment à l’idée de partir en vacances, d’autres développent une véritable anxiété, appelée l’angoisse des voyages. Ce trouble anxieux, qui peut paraître difficile à comprendre pour certains, peut revêtir différentes formes :

  • L’angoisse des préparatifs : procéder aux réservations, anticiper le trajet, préparer les valises ou le matériel de camping, charger la voiture, etc. ;
  • La peur des transports, par exemple la peur de l’avion ;
  • L’angoisse du voyageur, transporté loin de son univers quotidien.

Certains modes de transports provoquent plus d’anxiété que d’autres, et en particulier l’avion. (...) Pourtant, les statistiques sont formelles. L’avion est le mode de transport le plus sûr au monde actuellement, beaucoup moins meurtrier que la voiture, le train, le car, le vélo ou encore le bateau. (...) Une fois le trajet effectué jusqu’au lieu des vacances, le voyageur peut encore être exposé à une forme d’angoisse des voyages, le syndrome du voyageur. (...) Selon les destinations, le syndrome du voyageur peut prendre différentes appellations. Les syndromes les plus fréquents sont le syndrome de Paris, le syndrome de l’Inde ou syndrome de New Dehli, le syndrome de Jérusalem, le syndrome de New York ou le syndrome de Florence. Quelle que soit la destination, le syndrome du voyageur correspond à une difficulté d’adaptation à un environnement totalement différent de son univers quotidien. Le voyageur concerné ressent un profond mal-être et ne parvient pas à s’épanouir dans un lieu de vacances, totalement en décalage avec sa vie quotidienne. 

Extrait de l'article ci-dessous en lien :

LA SOLUTION EST DANS LA COHERENCE CARDIAQUE 

David Servan-Schreiber nous avait, le premier, alerté sur les bienfaits de la cohérence cardiaque. 5 petites minutes de respiration rythmée pour réguler le système nerveux autonome (notre pilote automatique), réduire l’intensité des effets du stress sur notre organisme, augmenter notre système de défense immunitaire, prendre de meilleures décisions et développer notre intuition. Rien que ça.

Voici un guide de respiration à suivre, assis bien droit. Les jambes décroisées, pour que les organes de l’abdomen soient libres et engagés.

Inspirez quand la rosace gonfle, expirez lorsqu’elle dégonfle. 3 fois par jour, le matin, à midi et au goûter. Cela dure 5 minutes, c’est tout. Pas besoin de plus pour en ressentir les bienfaits.

Une nouvelle application est disponible gratuitement sur l'Apple store ou Google Play : Respirelax.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :