One day in Bangkok

Publié le

Bangkok est une ville de tous les excès qu'on aime dès la première minute ou que l'on déteste immédiatement. C'est un méga temple de la consommation. Ce sont des buildings originaux et luxueux qui font de l'ombre à des cases sous tôles et des klongs qui puent, aux côtés de trottoirs très propres. C'est une frénésie et des temples où se recueillent quelques personnes. C'est un nombre incalculable de jolis bouddhas qui se sont pas là pour la décoration, nous rappelle t-on. Ce sont des corps de très  jeunes femmes et très jeunes hommes offerts à la concupiscence occidentale, pour un tourisme sexuel forcément condamnable. Ce sont des temples et palais richement décorés qui témoignent d'une longue histoire.

La Thaïlande fut un pays convoité par les voisins Birmans. La capitale du royaume de Siam, après la destruction de sa capitale Ayutthaya par les Birmans, fut transférée à Thonburi puis à Bangkok. Sur les rives du fleuve Chao Phraya, l'endroit  servait déjà d'escale aux navigateurs qui commerçaient  vers l'ancienne capitale. Le désir du roi Rama 1er était de voir couler ce fleuve au milieu de sa ville de façon à pouvoir en disposer comme d'un moyen de fuite rapide en cas de nouvelles attaques birmanes. La cité fut installée dans les méandres du fleuve. Des canaux (les klongs) la constituait en une vaste île. À l'époque, les déplacements se faisaient par voie d'eau. De nos jours, c'est toujours par voie d'eau que l'on ressent pleinement l'ambiance de Bangkok.

Au début du XXe siècle, Bangkok compte 100 000 habitants. Aujourd'hui l'agglomération compte 18 millions d'habitants. C'est la seconde ville la plus embouteillée au monde, c'est une ville champignon à la circulation chaotique et à la pollution atmosphérique préoccupante. On y trouve à la fois des bicoques sur pilotis, des immeubles de taille moyenne, des autoroutes urbaine suspendues, des gratte-ciel, des métros aériens et de gigantesques centres commerciaux climatisés qui voisinent étonnamment avec les roulottes des cuisines de rue. L'ensemble forme un extraordinaire kaléidoscope de couleurs, d'odeurs, d'atmosphères sur fond de temples clinquants et de marée humaine. Bangkok est bien le mariage de tous les contraires avec l'une des meilleures cuisines au monde.

Moi, j'ai beaucoup apprécié le parc Lumpini, peut-être parce qu'il me fait penser à  Central  Park de New-York, avec ses aménagements et une belle skyline  en arrière plan. Toutefois, les varans du lac font la différence.

Le palais Royal et le temple du Bouddha couché  m'a aussi pas mal impressionné. En revanche, déambuler dans les rues est loin de tous repos, la chaleur combinée à la pollution atmosphérique et aux bruits de la mégapole constituent un cocktail plutôt agressif. 

Cela étant Bangkok mérite le détour afin de se forger sa propre opinion, de goûter l'ambiance et les plats gastronomiques.

One day in Bangkok

A environ 80 kilomètres au nord de Bangkok, Ayutthaya a été fondée en 1350. Elle fut la capitale du Royaume de Siam et un port de commerce international prospère, jusqu'à ce qu'elle fût rasée par les birmans en 1767. De nos jours, les ruines de l'ancienne ville forment le parc historique d'Ayutthaya : un site archéologique comprenant des temples bouddhistes, des monastères et nombre de statues.

One day in Bangkok