Rodrigues, l'île anti-stress de l'océan indien

Publié le

S'il est un endroit pour découvrir la beauté d'un lagon, c'est Rodrigues, où se conjuguent beauté et authenticité !! 

Rodrigues est la plus petite des îles principales de l’archipel des Mascareignes. Elle est surnommée "la Cendrillon des Mascareignes". D'origine volcanique, l'île se situe à 583 km à l’est de Maurice, presque isolée au centre de l’océan Indien.

Rodrigues, l'île anti-stress de l'océan indien
Rodrigues, l'île anti-stress de l'océan indien
Rodrigues, l'île anti-stress de l'océan indien
Rodrigues, l'île anti-stress de l'océan indien

Deux types de voyageurs se retrouvent à l'île Rodrigues : ceux qui recherchent la tranquilité, l'authenticité des hommes et des paysages, fuyant la foule des touristes et les grandes structures hôtelières. Ils pratiqueront plutôt des activités douces et de découverte, bains, balades à pied, excursions, rencontres avec les habitants.

Les autres, plutôt des "initiés" viennent s'adonner à la pratique de sports, qui, pratiqués à Rodrigues, prenent d'un coup une autre dimension, principalement à cause de ce fabuleux lagon et de ces extraordinaires couleurs de vert, turquoise ou bleu profond. Vous l'avez deviné, il s'agit des amateurs de sports de glisse (kitesurf, planche à voile).

Portail Touristique Ile Maurice

Rodrigues, l'île anti-stress de l'océan indien

Troisième île de l’archipel des Mascareignes, Rodrigues est si petite (130 km2), qu’il faut la chercher avec attention pour la repérer sur les cartes géographiques, à quelque 650 km au nord-est de l’Île Maurice.

Surnommée la "Cendrillon des Mascareignes", naturelle et sans artifice, Rodrigues offre un lagon aux eaux mirifiques de deux fois sa surface, de longues plages bordées de filaos, un relief d’origine volcanique dominé par le Mont Limon (390 m), des cultures en terrasse et des vallées profondes à découvrir en randonnée. Sans oublier une faible pluviométrie et des températures clémentes toute l’année.

Tour à tour française, anglaise, puis mauricienne, peuplée dès la fin du XVIIIe siècle d’esclaves africains et malgaches, l’île a su tirer partie des apports occidentaux comme de l’héritage africain. La musique traditionnelle, la danse et la cuisine témoignent de ce riche métissage dont elle est si fière aujourd’hui. (Extrait du Routard)